SOMMAIRE

ETATS-UNIS,
fil, info, etats-unis, info, etats unis, fil, info, france, etats, unis, janvier, 2004, actualites, monde, archives, infos, 2004



Jeudi 1er janvier 2004 : Dans son édition de mercredi, le "Wall Street Journal" a écrit que Washington allait repousser à l'été 2004 (date prévue pour la formation du nouveau gouvernement irakien) le versement de 4 milliards de dollars destinés à la reconstruction de l'Irak afin "de conserver un moyen de pression sur ce pays".

Vendredi 2 janvier 2004 : Washington a annoncé la levée temporaire des sanctions financières à l'encontre de l'Iran afin de permettre aux associations caritatives non gouvernementales de recevoir des dons pour aider les victimes du séisme de Bam. ** Le niveau d'alerte orange a été maintenu dans tout le pays après les fêtes du Nouvel An dans la crainte d'attentats. ** Dans son discours du Nouvel An, le président Bush a promis, s'il était réélu, de "poursuivre les progrès réalisés en 2003 qui ont fait de l'Amérique un pays plus sûr, plus prospère et meilleur".

Samedi 3 janvier 2004 : Le Comité de Protection des Journalistes (CPJ, en anglais) a publié son rapport 2003 sur le nombre de journalistes tués lors de l'exercice de leur métier. En 2003, 36 journalistes ont été tués dans le monde, un chiffre en nette augmentation par rapport à 2002, avec 19 morts, en raison de la guerre en Irak où 13 journalistes ont péri. 2 journalistes ont été tués par l'armée israélienne en Cisjordanie et Gaza, soit un total de 6 journalistes tués dans cette région depuis le début de la deuxième Intifada en septembre 2000. Le CPJ ajoute que les journalistes tués (hors d'Irak) l'ont été à cause de leurs écrits, notamment aux Philippines, où 5 journalistes ont été abattus après avoir dévoilé des scandales de corruption ou en Colombie où 3 journalistes ont été tués pour leurs investigations. Le CPJ indique également poursuivre ses recherches suite à la disparition en 2003 de 4 journalistes.

Mercredi 7 janvier 2004 : Tous les étrangers entrant dans les aéroports et les ports des Etats-Unis, (estimés à 23 millions pour 2004) à l'exception des ressortissants de 28 pays, vont être pris en photos et devront apposer leurs empreintes digitales sur un formulaire remis par les bureaux de l'Immigration. Ces mesures visent à rendre "les frontières des Etats-Unis plus sûres" selon le secrétaire d'état américain à la sécurité intérieure, Tom Ridge. Ces mesures sont la première étape du nouveau système dénommé "US VISIT", (United States Visitor Information and Immigrant Status Indication Technology), programme de 380 millions de dollars "destinés à empêcher des terroristes de s'infiltrer aux Etats-Unis". Ce système sera étendu début 2006, à toutes les entrées, terrestres ou maritimes. Toutes les voyageurs munis d'un visa d'immigration et arrivant par l'un des 115 aéroports internationaux des Etats-Unis sont concernés par ces mesures à l'exception des ressortissants du Canada et de 27 autres pays, dont ceux de l'Union européenne à condition qu'ils effectuent un voyage de moins de 3 mois, n'ayant pas besoin de visas et qui disposent d'un passeport à lecture optique.

Jeudi 8 janvier 2004 : 2 condamnés à mort ont été exécutés par injection léthale mercredi l'un au Texas pour le meurtre et le viol d'une jeune femme, l'autre en Arkansas pour le meurtre d'une jeune femme. Le ministère public et ses avocats l'avaient décrit comme "un homme souffrant de grave maladie mentale ". ** Après une visite au Congrès Juif Mondial, la ministre des Affaires étrangères espagnole, Anna de Palacio, a entamé une visite à Washington où elle a rencontré le secrétaire d'Etat, Colin Powell. Elle doit avoir des discussions jeudi avec le secrétaire d'état à la défense, Donald Rumsfeld et le secrétaire à la sécurité intérieure, Tom Ridge. ** Le nouveau gouverneur de l'état de Californie, l'acteur d'origine autrichienne, Arnold Schwarzenegger, a annoncé des "coupes budgétaires drastiques" pour rééquilibrer le budget de l'état. Ce plan de réformes, qui devrait être révélé vendredi prévoit notamment une réforme du "système de compensations des travailleurs" visant à réduire les indemnités de chômage et de maladie versées par les employeurs et créer des emplois. Selon des experts, le déficit budgétaire est de 12 milliards de dollars. Il pourrait atteindre 15 milliards en 2004-2005 et 30 milliards en 2005-2006 si aucune mesure n'est prise pour le résorber.

Vendredi 9 janvier 2004 : Le "Washington Post" a publié jeudi un article sous le titre "L'arsenal irakien n'existait que sur le papier" qui met en lumière, contrairement à ce qu'affirme toujours Washington, et sur la base d'entretiens avec des scientifiques irakiens et des enquêteurs américains, que "au-delà de ses ambitions, l'Irak ne disposait pas des moyens nécessaires pour produire un arsenal interdit de la même ampleur qu'avant la guerre du Golfe en 1991". 400 enquêteurs américains spécialistes des armes de destruction massive (ADM) ont quitté l'Irak sans n'avoir rien trouvé. Rappelons que le président George Bush avait déclenché la guerre en Irak au prétexte que Saddam Hussein disposait d'un stock important d'ADM. ** Le centre d'études internationales de Washington, la fondation Carnegie, a publié également jeudi un rapport d'une centaine de pages qui fustige l'administration Bush d'avoir considérablement "déformé et exagéré la menace pour justifier le conflit" en Irak : "Les responsables de l'administration ont systématiquement présenté de manière inexacte la menace posée par des programmes d'armes de destruction massive et des missiles balistiques irakiens". Et les experts d'ajouter : "Les représentants américains ont régulièrement écarté dans leurs déclarations publiques les mises en garde, les probabilités et les expressions d'incertitude contenues dans les évaluations du renseignement. Les programmes d'armes de destruction massive de l'Irak représentaient une menace à long terme qui ne pouvait être ignorée. Ils ne posaient toutefois pas une menace immédiate pour les Etats-Unis, la région ou la sécurité mondiale".

Lundi 12 janvier 2004 : C'est la fin d'un mythe : le célèbre jeans "Levi Strauss" ne sera plus fabriqué sur le territoire des Etats-Unis après 150 ans de règne. Les deux usines qui fabriquaient le célèbre jeans, situées à San Antonio au Texas, ont fermé leurs portes dans le cadre de la politique de délocalisation menée par la direction en proie à d'importantes difficultés financières. 800 couturières ont été licenciées. Cette fermeture va coûter 19 millions de dollars de pertes à l'économie de la région. 63 usines avaient déjà fermées. Devant une baisse constante de ses ventes depuis 7 ans, l'entreprise avait réduit ses effectifs de 37 000 employés en 1996 à 12 000 en décembre, dont la moitié aux Etats-Unis. La production ne se fera plus qu'à l'étranger dont la Chine et plusieurs pays sud américains.

Mardi 13 janvier 2004 : La Cour Suprême a décidé que le ministère de la Justice pourra conserver secrètement le nom des personnes détenues depuis les attentats du 11 septembre 2001. Une requête avait été déposée par une vingtaine d'organisations de défense des droits de l'homme et des conseillers juridiques demandant la publication des noms des personnes arrêtées et détenues, le nom de leur avocat, les dates d'arrestation ou de remise en liberté et surtout les raisons justifiant ces interpellations. Ils estimaient que ces arrestations et détentions au secret violaient les droits à la liberté d'expression contenus dans le premier amendement. Plusieurs centaines de personnes, pour la plupart des Musulmans, avaient été arrêtées dans le cadre de l'enquête sur les attentats du 11 septembre. La grande majorité a été relâchée ou expulsée du pays. Le ministère de la justice a reconnu, à la suite d'un rapport rendu public en juin, qu'un "grand nombre d'abus avaient été commis" comme par exemple 762 immigrants reconnus coupables d'avoir violé les lois sur l'immigration américaine ont été maintenus en prison pendant plus de 90 jours comme le veulent les nouvelles lois de lutte contre le terrorisme.

Mercredi 14 janvier 2004 : Après la décision de la Libye de signer le protocole additionnel au Traité de non-prolifération nucléaire (TNP), le secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, a "exhorté tous les Etats à adhérer à tous les traités de désarmement, et à les appliquer dans leur intégralité". Il a salué la décision de la Libye la qualifiant de "mesure positive qui peut aider au renforcement des efforts globaux pour prévenir la propagation et l'utilisation des armes de destruction massive". ** Selon un sondage CNN-USA Today Gallup rendu public lundi, 55 % des Américains sont opposés au projet du président Bush visant à autoriser des clandestins à résider aux Etats-Unis durant plusieurs années pour occuper des postes que refusent des citoyens américains ; 42 % y sont favorables.

Vendredi 16 janvier 2004 : Le secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan, a nommé jeudi son envoyé spécial en Afghanistan, le diplomate algérien Lakhdar Brahimi, au poste de conseiller spécial pour la paix et la sécurité. ** Un homme de 39 ans, condamné à mort pour l'assassinat de son ex-femme en 1994, a été exécuté mardi par injection létale en Oklahoma. C'est la première exécution de l'année, la 70ème depuis la réinstauration de la peine de mort dans cet état en 1991.

Samedi 17 janvier 2004 : Le nord-est des Etats-Unis ainsi que l'est du Canada sont touchés depuis deux jours par une vague de froid sans précédent. Il fait - 31° C à New York, - 40 ° C à Boston et - 40 ° C à Montréal à - 50 ° à Québec.

Lundi 19 janvier 2004 : Les deux plus grands quotidiens américains de langue espagnole, "La Opinion" de Los Angeles et "El Diario" de New York, ont décidé de fusionner pour créer le plus grand groupe de presse hispanophone en rachetant tous les petits journaux espagnols. Ce nouveau groupe dépasserait les 700 millions de lecteurs et en viserait 1 million. Les Hispanophones représentent la première minorité du pays (13 %).

Mardi 20 janvier 2004 : Une réunion rassemblant le secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, l'administrateur civil américain en Irak, Paul Bremer et les principaux hauts représentants du Conseil de gouvernement intérimaire irakien s'est tenue lundi à New York. Les Etats-Unis ont tenté de convaincre l'ONU de revenir en Irak. Kofi Annan a, au cours de la conférence de presse finale, déclaré qu'il avait besoin de "plus d'éléments", une "clarification de la position américaine" et "des garanties de sécurité" pour lui permettre l'envoi d'une mission d'évaluation.

Mercredi 21 janvier 2004 : Le président George W Bush a prononcé mardi soir son discours annuel sur l'état de l'Union où la lutte contre le terrorisme est le principal point abordé. ** Le Conseil de Sécurité de l'ONU a débuté mardi un débat portant sur la question des enfants dans les conflits armés. Le Secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, y a présenté son 4ème rapport sur les enfants et les conflits armés qui inclut, pour la première fois, une liste actualisée des individus et des organisations qui ont porté atteinte aux droits des enfants lors de conflits mais également une liste de 31 parties, recensées dans six situations de conflits qui recrutent et maltraitent les enfants même lorsqu'ils s'agit de conflits qui ne figurent pas forcément à l'ordre du jour du Conseil. Le rapport mentionne des parties recrutant des enfants en Tchétchénie, en Colombie, au Myanmar, au Népal, en Irlande du Nord, aux Philippines, au Sri Lanka, au Soudan et en Ouganda. 300 000 enfants sont utilisés dans le monde dans des conflits armés. La Côte d'Ivoire, le Libéria et la République Démocratique du Congo (RDC) ont été les principaux pays en 2003 accusés d'enrôler des enfants.

Jeudi 22 janvier 2004 : Dans son discours sur l'état de l'Union prononcé mardi soir devant le Congrès, le président George W Bush a indiqué que "les Etats-Unis avaient eu raison d'attaquer Saddam Hussein. Ils ne demanderont pas de permission pour entrer en guerre la prochaine fois" provoquant un tollé au sein de la communauté internationale. Il s'est dit également "optimiste" quant au redressement de l'économie appelant le Congrès "à prendre des mesures pour assurer ce redressement". Les démocrates ont réagi à ce discours l'accusant "de ne pas être en phase avec le peuple américain", de "rosir le tableau en oubliant la réalité plus sombre des emplois perdus, des déficits croissants et des soldats tués en Irak". Lors du 4ème Forum social mondial qui s'est tenu à Bombay, du 16 au 21 janvier 2004, l'ex- "attorney general", (ministre américain de la Justice), Ramsey Clark, avait appelé le monde à s'unir contre le président américain George W. Bush et son administration qui veulent, selon lui, "dominer les Nations unies et ont accumulé plus d'armes que tout le reste du monde".

Samedi 24 janvier 2004 : Le directeur de la CIA, George Tenet, a annoncé vendredi que le chef des inspecteurs en désarmement américain, David Kay, à la tête d'une équipe de 1 500 experts chargés de retrouver les armes de destruction massive cachées en Irak (et qui ont été l'élément déclencheur de la guerre) a donné sa démission affirmant qu'il ne pensait pas "que le régime de Saddam Hussein détenait des armes de destruction massive". Aucune preuve concrète de la présence d'armes bactériologiques, chimiques ou nucléaires n'a été à ce jour trouvée en Irak. David Kay a été remplacé par Charles Duelfer, ex-directeur adjiont de la commission spéciale de l'ONU sur l'Irak. Plus de détails : Notre édition du 9 janvier 2004 (Etats-Unis).

Lundi 26 janvier 2004 : Selon le Pentagone, le président Bush va demander, pour l'année fiscale 2005 (qui commence le 1er octobre), une rallonge de bugdet pour la Défense s'élevant à 401,7 millions de dollars soit une hausse de 7 % par rapport à l'année fiscale 2004. Les opérations militaires en Irak et en Afghanistan ne seront pas couvertes par ce budget. La guerre en Irak coûte en moyenne aux Etats-Unis 1 milliard de dollars et 250 millions de dollars en Afghanistan par semaine. Selon le communiqué du Pentagone, ces 407,1 milliards de dollars serviront notamment à améliorer les conditions de vie du personnel militaire et les services de renseignements supervisés par la CIA (Central Intelligence Agency)

Mercredi 28 janvier 2004 : L'est du pays (du Minnesota à la Caroline du sud) est touché par des tempêtes de neige sans précédent et des pluies verglaçantes. 38 personnes ont trouvé la mort, la plupart dans des accidents de la circulation. De nombreuses écoles et les administrations ont dû être fermées. La neige a provoqué des coupures d'électricité dans de nombreuses villes. L'état d'urgence a été décrété en Caroline du Nord. (Voir la carte des Etats américains).

Jeudi 29 janvier 2004 : Le premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, a entamé mercredi sa première visite officielle à Washington depuis sa nomination en mars 2003. Il a rencontré le président Bush. La situation en Irak et le différend de Chypre seront les principaux points abordés par les deux hommes. Recept Tayyip Erdogan a déclaré que "l'Irak risque d'être détruite si l'autonomie n'est pas accordée aux Kurdes" poursuivant "l'intégrité territoriale de l'Irak doit être conservée".

Samedi 31 janvier 2004 : Washington a jugé vendredi que le recours à la Cour internationale de justice (CIJ) de La Haye "pour statuer sur la légalité de la ligne de séparation qu'Israël construit en Cisjordanie" est "inapproprié et pourrait gêner les efforts pour réaliser des progrès en vue d'un règlement négocié entre Israéliens et Palestiniens". ** Un juge fédéral de l'Alaska a condamné la compagnie pétrolière Exxon Mobil à verser 6,75 milliards de dollars de dédommagement aux 32 000 personnes victimes de la marée noire provoquée par le naufrage de l'Exxon Valdez en 1989. Plus de 42 000 tonnes de brut s'étaient déversées sur 2 000 kilomètres de côtes, entraînant la mort de milliers d'oiseaux et de mammifères marins. 3 ans auront été nécessaires pour venir à bout de cette pollution. Selon les chiffres donnés par Exxon Mobil, la compagnie a déjà versé 300 millions de dollars de façon volontaire pour indemniser plus de 11 000 personnes et entreprises d'Alaska touchées par la marée noire.



 

Retour Etats-Unis


Retour sommaire





QUOTIDIEN
INDEPENDANT

( ! ) Liens en bleu
CONDITIONS D'UTILISATION



> Retour à l'index ?
> Fil info par email ?
> Fil info sur votre site ?
> Rechercher sur ce site ?

HIER PASSIF ?
AUJOURD'HUI ACTIF !
DEVENEZ CORRESPONDANT
de PRESSE (bénévole)
Vous disposerez
librement
de votre page Internet...
Voir conditions
d'obtention
de la carte :
ICI

- Publicité -




 
Rappel : ces deux signes «» placés en bas de chaque page vous permettent de naviguer d'un numéro à un autre.